W - Ecole maternelle de Chédigny (Indre-et-Loire), 1872-2002

Déplier tous les niveaux

Date

1872-2002

Localisation physique

AD37 - site de Chambray-lès-Tours

Origine

Ecole maternelle (Chédigny, Indre-et-Loire)

Biographie ou Histoire

En 1833, suivant la loi Guizot sur l'enseignement, le Conseil municipal de Chédigny vote la création d'une école mutuelle avec la commune de Saint-Quentin-[sur-Indrois]. 30 élèves payants et 10 gratuits de la commune pourraient être ainsi scolarisés. En 1842, le projet de construction d'un bâtiment est adopté.

L'un de ses premiers instituteurs, le sieur Galliot, est incarcéré en 1849 « à la prison centrale de Fontevrault ».

Au début de la IIIème République, en 1872, la seule classe de l'école est fréquentée par 88 enfants. L'importance des effectifs incite la municipalité à prévoir le dédoublement de la classe en 1875, mais celui-ci ne sera effectif que trois ans plus tard, mettant ainsi fin à l'école mixte. En attendant la construction d'un nouvel édifice, un bâtiment est loué pendant cinq ans. La municipalité, ayant des difficultés pour financer cet investissement, fait appel au député de la circonscription, Daniel Wilson, qui est en 1880 sous-secrétaire d'Etat au ministère des Finances.

Il ordonne au préfet l'envoi en urgence des pièces relatives à ce dossier au ministère de l'Intérieur, afin qu'une solution financière de l'Etat soit trouvée& La commune recevra 7 000 francs d'aide. Constatant un trop perçu par la commune, le préfet écrit l'année suivante au sous-préfet de Loches que « la commune ne saurait profiter d'une erreur qui a été commise, alors et surtout qu'elle a été des plus favorablement traitée par le gouvernement ». Les travaux de l'école des filles sont achevés en 1883.

Comme l'aide du député Daniel Wilson semble efficace pour obtenir des subventions, le maire lui demande de nouveau son concours pour des travaux à réaliser dans l'école des garçons en 1885. Le préfet, cette fois-ci, répond par la négative. L'année suivante, la municipalité entreprend finalement les travaux, notamment un préau dans la cour de l'école des garçons.

En 1881, la municipalité délibère en faveur d'un défraiement des instituteurs pour la création d'un cours pour adultes.

Après la Première Guerre mondiale, le déficit des naissances, peut se remarquer au-travers des inscriptions à l'école. Une cinquantaine de garçons étaient scolarisés en 1913, ils ne sont plus qu'une trentaine en 1925.

Les archives ne montrent pas que les mouvements sociaux de mai-juin 1936 et la Seconde Guerre mondiale aient perturbé le fonctionnement de l'école de garçons.

En 1954, il y a 66 enfants scolarisés dans la commune, dont 11 de moins de 6 ans.

Au milieu des années 1960, l'école est géminée, mixte, à 2 classes et compte une cinquantaine d'élèves.

Un regroupement pédagogique intercommunal (RPI) est créé dans les années 1970 avec les communes d'Azay-sur-Indre et de Saint-Quentin-sur-Indrois.

En 1981, l'école de Chédigny est une maternelle dont la classe unique accueille une quarantaine d'élèves. Une seconde classe est ouverte durant la décennie 2000.

Le bâtiment a été entièrement rénové en 2007.

Actuellement, 51 élèves sont scolarisés, petits, moyens et grands, dans deux classes.

Les documents qui composent ce versement ont été trouvés dans la mairie de Chédigny lors de l'inspection communale effectuée par les Archives départementales le 16 mai 2013.

Documents en relation

Sources complémentaires aux Archives départementales :

- T 1172 (cote provisoire, écoles primaires, classement par commune)

- 2O/066/29-31, 56 (Fonds de la préfecture, Service de l'administration communale)

- 1688W30 (Fonds de l'Université Fr. Rabelais, Archives de l'IUFM, Services pédagogiques, Mémoires d'élèves, Lorillou Monographie de la commune de Chédigny, 1952)

Registres d'appel journalier.

Cote/Cotes extrêmes

2241W5 (Cote)

Date

1911-1952