80J - Fonds de l'Auberge de jeunesse de Tours (1948-1983)

Déplier tous les niveaux

Cote/Cotes extrêmes

80J (Cote)

Date

1948-1983

Importance matérielle

1,8 m.l.

Localisation physique

AD37 - site de Chambray-lès-Tours

Origine

Auberge de jeunesse (Tours)

Biographie ou Histoire

Les auberges de jeunesse ont été fondées en 1907 par un instituteur allemand, Richard Schirmann, dans la Ruhr. Il souhaitait permettre à des jeunes défavorisés de partir en vacances. Ce sont les écoles qui servaient de lieux d'hébergement en période de vacances scolaires. En France, le courant est né à l'initiative de Marc Sangnier, créateur du mouvement chrétien social le Sillon, en 1929. Très vite il y eut deux courants. Dès 1932, apparaît en effet le centre laïc des auberges de jeunesse (CLAJ) en concurrence avec le mouvement chrétien, la Ligue.

Compromis dans la collaboration pendant la Seconde Guerre mondiale, le CLAJ vit des moments difficiles après-guerre, alors qu'il avait connu un grand essor sous le Front populaire. En 1945, Marc Sangnier essaie de relancer l'union avec le mouvement unificateur des Auberges de jeunesse. C'est un échec, en partie à cause du militantisme laïc de la CGT. En 1956, une autre tentative d'union aboutit à la création de la Fédération unie des auberges de jeunesse. Malheureusement, une nouvelle scission a lieu pendant la guerre d'Algérie à cause des prises de position des deux courants. La Ligue quitte la Fédération des auberges de jeunesse (FUAJ) en 1958.

Aujourd'hui, ces deux mouvements existe toujours. Les auberges de jeunesse;ont le statut d'association loi 1901. Elles ne sont pas seulement des lieux d'hébergement mais fonctionnent aussi comme un mouvement de jeunesse analogue au scoutisme mais sans dimension confessionnelle, organisant des voyages, des randonnées, des congrès. Chaque auberge est dirigée par un "père aubergiste".

Créée en 1948, au lendemain de la Seconde Guerre mondiale, l'auberge de jeunesse de Tours a toujours appartenu au courant laïc. Elle était initialement installée dans le château de Grandmont, construit au 17e siècle à l'emplacement d'un ancien monastère, détruit et reconstruit dans sa forme actuelle à la fin du 19e siècle, situé dans un parc de près de 100 hectares. En 1968, l'auberge de jeunesse intègre de nouveaux locaux loués au ministère de la Jeunesse et des sports. Elle a cessé ses activités en 2012 et il n'y a désormais plus d'auberge de jeunesse à Tours.

Présentation du contenu

Les archives sont essentiellement constituées des registres d'hébergement, de la comptabilité et des dossiers des différents rassemblements locaux. Les documents relatifs au personnel sont conservés aux Archives nationales dans le fonds de la Fédération.

Conditions d'accès

NC Sur autorisation

Accès sur autorisation préalable du directeur des Archives départementales

Conditions d'utilisation

Reproduction soumise à autorisation du directeur des Archives départementales.

Informations sur le traitement

Classement définitif

Rassemblement des ajistes à Tours : listes, correspondance.

Cote/Cotes extrêmes

80J7 (Cote)

Date

1952