W - Ecole élémentaire (Orbigny, Indre-et-Loire), 1845-1990

Déplier tous les niveaux

Date

1845-1990

Localisation physique

AD37 - site de Chambray-lès-Tours

Origine

Ecole élémentaire (Orbigny, Indre-et-Loire)

Biographie ou Histoire

Une école libre existe déjà à Orbigny en 1818 mais semble avoir eu une existence éphémère. En 1833, après l'adoption de la loi Guizot sur l'enseignement, la commune procède à l'acquisition d'un bâtiment pouvant accueillir une école mutuelle. En 1836, elle complète son mobilier scolaire par l'achat de 3 douzaines d'ardoises, 200 crayons d'ardoises, 2 tableaux noirs, de tableaux de lectures, de grammaire, d'arithmétique et de géographies.

Ce premier bâtiment s'avère rapidement trop petit. L'Inspecteur d'académie note en 1859 que la classe est « trop étroite et encore si mal disposée qu'il est impossible d'y établir une cloison séparatrice des sexes ». En 1861, le préfet demande au sous-préfet de menacer la commune de mesures de rétorsion si elle n'améliore pas le bâtiment : « vous voudrez bien prévenir M. le Maire que dans le cas où il serait apporté de nouveaux retards [&] je me trouverais forcé d'interdire pour cause d'insalubrité et d'insuffisance la maison d'école actuelle de la commune ». L'école mixte accueille près de 50 élèves en 4 divisions une classe.

Les menaces du préfet incitent le Conseil municipal à faire édifier un nouveau bâtiment pour les garçons en 1863 et à nommer une religieuse du Mont-Carmel (dont la maison mère est à Avranches) dans la nouvelle école de filles. En 1866, une seconde religieuse vient l'assister.

L'école des garçons devient rapidement trop petite, passant d'une trentaine à une soixantaine d'élèves au début des années 1870. Un nouveau projet de construction de mairie-école est établi en 1878, cependant les bâtiments restent sous-dimensionnés. En 1883, l'inspecteur d'académie juge indispensable la création d'un poste d'adjoint : « Actuellement 110 enfants sont inscrits sur le registre matricule et 100 suivent régulièrement la classe. Quels que soient le zèle et l'habilité d'un maître, il lui est bien difficile de donner convenablement l'instruction à un aussi grand nombre d'enfants ».

En 1888, l'école des filles est laïcisée et les sœurs s'en vont. En 1891, de nouveaux bâtiments sont inaugurés.

En 1913, le Conseil municipal décide la construction d'une classe enfantine annexée à l'école de filles et pouvant accueillir 60 élèves, qui doit permettre de soulager l'école de garçons.

Malgré ces soucis liés à la capacité d'accueil des bâtiments, le Conseil municipal investit dans l'enseignement. La bibliothèque scolaire d'Orbigny dispose de près de 170 livres en 1880. Une indemnité est donnée en 1886 à l'instituteur pour l'enseignement de la musique aux enfants et aux adultes. Il est également le directeur de la fanfare. En 1895, une partie du jardin de l'institutrice est aménagée « pour servir de champ d'expériences agricoles scolaires ». En 1909, du matériel est acheté pour faire du « tir scolaire ». En 1930, la municipalité fait installer un « poste cinématographique » à l'école des garçons, destiné à des séances scolaires, postscolaires agricoles et à la distraction éducative de toute la population de la commune.

Pendant l'entre-deux-guerres, les dimensions des locaux restent insuffisantes. En 1936, l'inspecteur d'académie Robert Vivier indique : « les locaux où fonctionnent l'école de garçons à deux classes sont insuffisants pour l'effectif inscrit, ils le seront encore plus si on applique la loi sur la prolongation de la scolarité ». Orbigny dispose alors de 2 écoles publiques à 2 classes. Il est projeté d'agrandir l'école des garçons mais la déclaration de guerre va provoquer le report des travaux pour de très longues années. A la fin des années 1950, l'école des garçons accueille 55 élèves dans 2 classes séparées seulement par une cloison en bois. L'agrandissement de l'école n'a lieu qu'en 1960 : la construction d'une classe suit un projet type du cabinet d'architecture tourangeau Barthélemy-Chalumeau mis en œuvre par l'architecte L'Héritier de Chézelles.

Située en zone libre pendant la Seconde Guerre mondiale, Orbigny sera en partie administrée par le département de l'Indre.

Par ailleurs, l'école libre à une classe qui existait à Orbigny ferme ses portes en 1967.

Depuis 1994, l'école est en regroupement pédagogique intercommunal (RPI) avec l'école de Nouans-les-Fontaines. En 2000, l'école avait 2 classes, en 2016 elle en a 3 pour 69 élèves.

Des travaux d'extensions ont été réalisés dans les années 2000.

Documents en relation

Sources complémentaires aux Archives départementales :

- T 1178 (cote provisoire, écoles primaires, classement par commune)

- 2O/177/33-35, 57-58 (cotes provisoires, Fonds de la préfecture, Service de l'administration communale)

- 128W149, 953W41 (Fonds du patrimoine immobilier départemental, bâtiments de l'enseignement)

- 150W9 (versement des services déconcentrés de l'état chargés de l'éducation, services chargés de la santé scolaire, financement)

- 77W1223 (Fonds de la préfecture, contrôle de légalité)

- 2225W (Versement de l'école primaire G. Sand de Nouans-les-Fontaines)

Bibliographie

Archives départementales :

- Orbigny : sur les chemins de l'école, CLD, 2004 [8°3507 Ursulines]

- Raconte-moi Orbigny : au fil du temps, un village de Touraine et ses traditions [8°4662 Ursulines]

- Raconte-moi Orbigny, Chronique d'un village tourangeau au XX° siècle [8°B288 Chambray, 8°3493]

- Raconte-moi Orbigny : de la révolution à la belle époque. Les grands moments d'un village tourangeau au XIX° siècle [8°B840 Chambray, 8°3524 Ursulines]

Registre du personnel ; registre des élèves ; registre de présence et des récompenses.

Cote/Cotes extrêmes

2474W8 (Cote)

Date

1845-1862