Administrations provinciales d'Ancien Régime

Déplier tous les niveaux

Cote/Cotes extrêmes

C supplément (Cote)

Date

1608-1793

Organisme responsable de l'accès intellectuel

Archives Départementales d'Indre-et-Loire

Importance matérielle

16 m.l.

Localisation physique

AD37 - Site de Tours

Biographie ou Histoire

Le bureaudes finances

C'est l'édit de Poitiers, en 1577, qui institue un bureau des trésoriers généraux dans chacune des généralités du royaume. Cette institution, inférieure aux chambres des comptes et aux cours des aides, devient peu à peu le bureau des finances. Ce dernier possède une triple compétence : domaniale, fiscale et de voirie.

L'édit de 1627, en attribuant notamment aux trésoriers généraux la charge du contentieux relatif au domaine royal, augmente leur pouvoir en matière d'administration du domaine du roi, et on remarquera dans le fonds un bel ensemble d'hommages, ainsi que d'aveux et de dénombrements des fiefs relevant des châteaux royaux, reçus par le bureau des finances. La présence de quelques inventaires de titres - tel celui des « 50 sacs de titres du trésor de Chinon » dressé au milieu du XVIIIe siècle -, de baux à ferme et de comptes du domaine ou encore de pièces de procédures le concernant, ajoutent à l'intérêt de ce fonds et contribuent à la connaissance des activités des trésoriers généraux qui pouvaient affermer certaines portions ou certains droits du domaine, faire encaisser les revenus par les receveurs ou encore juger les affaires, sans appel, jusqu'à 250 livres de capital. A la suite du développement du pouvoir des intendants (la déclaration de 1643 place ainsi les trésoriers de France sous l'autorité de l'intendant), les fonctions financières et fiscales des trésoriers s'estompent peu à peu. Si le bureau des finances reste en apparence au sommet de l'administration fiscale de la généralité jusqu'à la fin du XVIIe siècle, c'est désormais dans le fonds de l'intendance que l'on retrouve la plupart des documents fiscaux produits lors du siècle et demi qui précède la Révolution. Avec l'édit de 1627, les bureaux des finances reçoivent la juridiction contentieuse en première instance de la voirie.

Les élections

Circonscriptions administratives et financières, ces institutions soumises à la juridiction des élus sont aussi des tribunaux. Comme celle des cours des aides, leur origine remonte au XIVe siècle lorsque furent établis les députés particuliers ou élus chargés de répartir les tailles et de surveiller la levée des subsides accordés par les états généraux. S'il s'exerce au sein de l'élection une fonction administrative, comme l'enregistrement des actes royaux relatifs aux finances et des lettres de provisions d'office, l'activité essentielle d'un élu a trait à l'impôt en général, et à la taille en particulier. Les élus - désignés par le pouvoir royal et placés sous l'autorité de l'intendant de la généralité - sont ainsi chargés de la répartir entre les communautés de leur ressort et d'en vérifier les rôles. Il leur appartient également de juger, au civil et au criminel, les affaires concernant les faits de taille, de privilèges fiscaux, d'octrois, d'aides, etc. Les appels de ces causes jugées devant les élections se font devant la cour des aides de Paris.

Les fonctions administratives et judiciaires apparaissent à travers le classement des fonds des élections, et notamment celle de Richelieu, l'une des 16 que comptait la généralité de Touraine (les dates de création des élections de la généralité sont notamment signalées dans GORRY, J.-M. Paroisses et communes de France, dictionnaire d'histoire administrative et démographique, Indre-et-Loire, Paris, 1985, p. 16-19 : "élections et subdélégations"). Créée en 1634 au détriment de celle de Mirebeau, elle est constituée de 76 paroisses. La nature des documents, qui couvrent principalement la seconde moitié du XVIIe siècle et l'ensemble du XVIIIe siècle (soit 6 mètres linéaires) est diverse : les deux subdivisions principales s'opèrent entre documents administratifs et documents judiciaires, impôts directs et impôts indirects, même si ces deux derniers adjectifs sont un peu anachroniques. Après les sources relatives au personnel et au fonctionnement de l'élection, viennent celles qui concernent les impôts directs. Ainsi, les rôles de taille (personnelle) et de capitation, riches et très consultés, sont relativement nombreux. Chaque paroisse de l'élection est représentée, à l'exception de celle de Richelieu qui bénéficia de franchises depuis la création de la ville (exemption de taille depuis 1631, et de gabelle depuis 1633). Mais d'autres documents, moins connus, sont tout aussi intéressants, comme les sentences d'enregistrement donnant lieu à des privilèges fiscaux et les procès-verbaux de nomination ou décharge des collecteurs, dont la fonction est peu enviable. Les impôts indirects sont surtout les aides, mais d'autres sont également représentés à travers les baux de la Ferme comme les dépôts des empreintes de timbres ou de marteaux, de plombs et de vignettes. Notons que les octrois des villes, pour Richelieu, Mirebeau et l'Ile-Bouchard, ont donné lieu à des états de frais ou des mémoires de travaux dont l'intérêt est loin d'être négligeable puisqu'ils traitent des travaux d'aménagement, de voirie ou des dépenses des villes à l'occasion de la venue de grands personnages. Enfin, l'activité judiciaire de l'institution se traduit par les procédures civiles et criminelles qui composent également le fonds (quand elles siègent comme tribunaux, les élections suivent pendant cette période la procédure fixée par l'ordonnance civile d'avril 1667, l'ordonnance criminelle d'août 1670 et la déclaration sous forme de règlement du 17 février 1688). Au civil se trouvent tous les procès-verbaux de diminution, d'addition de taux, d'arrangement de surtaux, de correction et de réformation d'abus pour la taille, ainsi que tous les procès-verbaux de délits dressés par les commis des fermes. Le contentieux de la taille - et surtout celui des aides et des droits - donne lieu à des récits parfois très vivants. Les officiers de l'élection connaissent également des matières criminelles, quand il y a rébellion commise contre les collecteurs, sergents, exécuteurs des rôles, ou contre les fermiers des aides ou leurs commis, quand il y a fraude sur les vins ou encore vol et effraction.

Histoire de la conservation

La majeure partie des archives de l'intendance de Tours a été classée au XIXe siècle. Les élections de la généralité d'Amboise ont été retrouvées lors du classement du duché-pairie d'Amboise.

Modalités d'entrées

Les documents faisant l'objet du présent instrument de recherche ont diverses provenances:

  • entrées par voie extraordinaire après la publication en 1878 de l'Inventaire sommaire des séries A-B-C-D-E par Charles LOIZEAU DE GRANDMAISON.
  • mélanges extraits de fonds classés par la suite. Lors du classement du fonds de justice du duché-pairie d'Amboise, des pièces provenant de l'élection dont le siège se trouvait dans la même ville ont ainsi été distraites. Tous les fonds de justice n'ayant pas encore été classés, il n'est pas impossible qu'on retrouve à l'avenir d'autres pièces provenant d'autres élections.
  • documents jusqu'alors non inventoriés mais.

Présentation du contenu

Le fonds est composé :

  • de pièces isolées, à l'exception de quelques ensembles conséquents d'ordonnances du roi et de l'intendant, de multiples correspondances relatives aux compétences de l'intendance, ou de plusieurs pièces de comptabilité.
  • d'actes émanant de l'activité du bureau des finances de Tours. Le fonds renferme également des documents financiers et fiscaux, puisque les trésoriers de France avaient connaissance de toutes les finances du roi : tailles, aides, gabelles, traites, étapes, octrois, etc., quelques dossiers de procédure ayant trait à la voirie.
  • quelques actes provenant de l'assemblée de la noblesse (1649-1651) et d'autres assemblées provinciales de la fin du XVIIIe siècle dont on trouvera la majeure partie du fonds sous les cotes C 733 - C 767.
  • des liasses concernant les subdélégations et certaines élections de la généralité. Les pièces provenant des anciennes élections de la généralité, à l'exception de celles d'Amboise et de Richelieu, sont isolées.

Mode de classement

Le plan du supplément de la série C reprend celui de l'inventaire de 1878, en se subdivisant par institutions - intendance, bureau des finances, assemblée de la noblesse et de la province, subdélégation d'Amboise, élections, chambre des comptes des comtes de Blois -, tandis que le plan interne de classement des différents fonds s'articule et se constitue autour de l'organisation, des attributions et des fonctions de chacune d'elles.

Si l'on excepte les fonds des élections d'Amboise et de Richelieu, pour lesquels peu d'actes avaient été inventoriés au XIXe siècle et qui sont donc méconnus, il conviendra en général de considérer les documents analysés ici comme des pièces qui s'ajoutent à celles, beaucoup plus nombreuses, classées précédemment.

Un instrument de recherche provisoire dactylographié complétant celui de 1878 avait été établi pour permettre aux chercheurs l'accès aux documents identifiés ultérieurement et provenant de l'intendance et du bureau des finances de Tours. Un tableau de concordance des cotes a été lors de la rédaction de cet instrumetn de recherche.

Conditions d'accès

Les documents sont communicables.

Conditions d'utilisation

La reproduction est libre pour les documents communicables sous réserve du respect du règlement de la salle de lecture.

Bibliographie

Bibliographie

Généralités

  • BELY (L.), Dictionnaire de l'Ancien Régime, Paris : PUF, 1996.
  • BLUCHE (F.), Dictionnaire du Grand Siècle, Paris : Fayard, 1990.
  • FERRIERE (C.-J. de), Dictionnaire de droit et de pratique, contenant l'explication des termes de droit, d'Ordonnances, de Coutumes et de Pratique avec les juridictions de France, Paris : lib. Nyon, 1768, 2 volumes.

Institutions et finances

  • ARDANT (G.), Histoire de l'impôt, Paris : Fayard, 1972, 2 volumes.
  • BAILLY (A.), Histoire financière de la France depuis l'origine de la monarchie jusqu'à la fin de 1786, Paris : Moutardier, 1839, 2 volumes.
  • BARBICHE (B.), Les institutions de la monarchie française à l'époque moderne, Paris : PUF, 1999.
  • BAYARD (F.), Les finances en province sous l'Ancien Régime, journée d'études tenue à Berçy le 3 décembre 1998, Paris : CHEFF, 2000.
  • BLUCHE (F.), « Le personnel de l'Election de Paris, 1715-1791 », dans Mémoires de la Société de l'Ile-de-France, historique et archéologie de Paris, 1975-1976, p. 321-373.
  • CHAUSSINAND-NOGARET (G.), « Le fisc et les privilégiés sous l'Ancien Régime », dans Fiscalité et ses implications sociales en Italie et en France aux XVIIe et XVIIIe siècles, Rome, Paris : diff. Boccard, 1980.
  • FELIX (J.), Economie et finances sous l'Ancien Régime, Guide du chercheur, 1523-1789, Paris : 1994.
  • Guide des recherches dans les fonds judiciaires de l'Ancien Régime, Paris : Direction des Archives de France, 1958.
  • HINCKER (F.), Les Français devant l'impôt sous l'Ancien Régime, Paris : Flammarion, coll. Questions d'Histoire, 1971.
  • LEBRUN (F.), Les intendants de Tours et d'Orléans aux XVIIe et XVIIIe siècles, Rennes : Annales de Bretagne, T. LXXVIII, 1971.
  • MARION (M.), Les Impôts directs sous l'Ancien Régime, Paris : E. Cornély, 1910.
  • SMEDLEY-WEILL (A.), Correspondance des intendants avec le contrôleur général des finances, 1677-1689. Naissance d'une administration. Sous-série G 7. Inventaire analytique. T1 : Province de Bretagne, gouvernement de La Rochelle, généralités de Poitiers, Tours, Limoges, Alençon, Caen et Rouen, Paris : Archives Nationales, 1989.
  • STOURM (R.), Bibliographie historique des finances de la France au XVIIIe siècle, Paris : Guillaumin, 1895.

Touraine

  • BOSSEBOEUF (Abbé L.-A.), Histoire de Richelieu et de ses environs, Tours : M.S.A.T., T XXXV, 1890.
  • BRETECHE (L.), Le grenier à sel de Richelieu et le faux-saunage, 1727-1750, Tours : mémoire de maîtrise, 1992.
  • CAILLOU (F.), Une administration royale d'Ancien Régime : le bureau des finances de la généralité de Tours (1577-1790), Tours : thèse, 2002, 5 volumes.
  • CARRE DE BUSSEROLLE (J.-X.), Dictionnaire géographique, historique et biographique d'Indre-et-Loire et de l'ancienne province de Touraine, Mayenne : S.A.T., 1988, 3 volumes.
  • CHEVALIER (Abbé C.), Tableau de la province de Touraine, 1762-1766. Administration, agriculture, industrie, commerce, impôts&, Tours : Annales de la société d'agriculture, sciences, arts et belles lettres du département d'Indre-et-Loire, 1863.
  • CHEVAILLIER (V.), Les octrois de Tours, Tours : mémoire de maîtrise, 1999, 2 volumes.
  • FAYE (H.), Les Assemblées de la généralité de Tours en 1787, Angers : impr. Germain et G. Grassin, 1885.
  • GORRY (J.-M.), Paroisses et communes de France, dictionnaire d'histoire administrative et démographique, Indre-et-Loire, Paris : CNRS, 1985.
  • LACHENDROWIECZ (H.), Fiscalité et société dans l'élection d'Amboise au 18e siècle, Tours : mémoire de maîtrise, 1992.
  • MAILLARD (B.), Naissance d'une ville au XVIIe siècle : la création de Richelieu et ses conséquences, Poitiers : Soc. des Antiquaires de l'Ouest, 1993.

Répertoires

  • DUCHEMIN et MARTONNE (A. de), Inventaire sommaire des Archives départementales antérieures à 1790 : séries A, C, D, E, G, H, Laval, 1882.
  • LOIZEAU DE GRANDMAISON (C.),Inventaire sommaire des séries A-B-C-D-E, Archives départementales d'Indre-et-Loire, Tours, 1996.
  • SURCOUF (J.) et LE PETIT (Y.), Répertoire numérique de la série C. Administrations provinciales d'Ancien Régime, Archives départementales de la Mayenne, Laval, 1990.
  • VERRY (E.), PORT (C.), LEVRON (J.) et FAVREAU (R.), Archives départementales de Maine-et-Loire. Répertoire numérique de la série C, Angers, 1986.

Autres données descriptives

Glossaire des élections

Taille : impôt de répartition, la taille est l'impôt de base, solidaire, très souple, susceptible de servir de base à d'autres impositions, comme la capitation ou la corvée des taillables. La taille est distinguée en taille réelle ou taille personnelle, et la cote d'imposition est estimée par les collecteurs d'après la richesse visible ou présumée.


Répartition de la taille : chaque année, vers février, est arrêté au Conseil le brevet de la taille de chaque généralité. La répartition s'effectue ensuite entre les élections de chaque généralité (c'est le « mandement »), puis entre les paroisses d'une même élection (c'est le « département »). Depuis 1633, les élus n'y participent plus guère et la répartition est uniquement l'oeuvre de l'intendant.


Collecteurs : chaque année, 2 à 7 habitants de la paroisse sont désignés pour la collecte, selon « l'ordre du tableau » (liste des habitants désignés pour la collecte) : cette méthode entraîne favoritisme, partialité, ignorance et incapacité. Les intendants peuvent assister à l'établissement des rôles, ou « taxer d'office » les taillables riches, influents et vindicatifs (que craignent les collecteurs) ou ceux que les collecteurs imposent trop (des taxes d'office, il faut distinguer les rôles d'office, c'est-à-dire les rôles fait par les commissaires). Les sommes avancées par les collecteurs pour les taillables insolvables ou ayant obtenu décharge étaient ensuite réimposées à leur profit, et ces réimpositions pouvaient être considérables.


Paiement de la taille : l'assiette de la taille et les habitudes de dissimulation ont eu pour effet d'inciter les taillables à ne pas payer, même s'ils ont quelque argent, car ils craignent d'être surchargés l'année d'après. Ils préfèrent être poursuivis et se faire condamner à payer des frais, moins redoutés qu'une surcharge. De même, on peut aller habiter hors de la paroisse où l'on a du bien et se faire cotiser dans la paroisse du domicile (déclaration du 17 février 1728). Les taillables ont besoin de mal payer pour ne pas être surimposés. Toute une armée d'huissiers, garnisaires, porteurs de contraintes, et mêmes d'élus en viennent à souhaiter que les taillables paient mal, puisque les actions en justice et procès occasionnés sont source de salaires, épices et vacations. Au XVIIIe siècle, la substitution des garnisaires, personnel militaire, aux huissiers, personnel judiciaire, est fréquente.


Procès en matière de taille : un taillable mécontent peut intenter une action en surtaux contre les collecteurs et contre le général des habitants, une action en réduction contre un autre taillable qu'il prétend trop peu imposé et sur lequel il prétend se réduire, ou encore une action en aide ou en profit, contre un non-taillé qu'il prétend indûment exempté ou contre une taxe d'office. Notons que les élus et cours des aides aiment ces procès et jugent souvent en faveur du plaignant.


Capitation : impôt royal créé en 1695, la capitation constitue une innovation dans la mesure où elle repose sur une base d'égalité. C'est un impôt sur le revenu de chaque personne, que tous les contribuables répartis en 22 classes doivent payer. Supprimée de 1698 à 1701, elle est ensuite transformée : le clergé se rachète en votant des dons gratuits - contributions financières fixées par le pouvoir royal -, les taillables paient désormais la capitation comme un supplément de taille et les privilégiés sont taxés selon leurs revenus réels.


Dixième et vingtième : à partir de 1710, de nouveaux impôts de guerre apparaissent, exigibles de tous. Le dixième (dixième des revenus) est créé, puis supprimé en 1717 ; le cinquantième est levé de 1715 à 1728. Le dixième est rétabli en 1733, supprimé en 1737, rétabli en 1741, puis transformé enfin en vingtième (5 % des revenus) en 1749.


Privilégiés et exemptés :Chirurgiens (arrêt du Conseil d'Etat du 10 août 1756) ; employés de la Ferme (article 11 du titre commun des fermes de l'ordonnance de juillet 1681) ; mineurs de moins de 20 ans, non émancipés et ne faisant valoir aucun bien ni trafic : exempts de toutes tailles (arrêt de la Cour des Aides de 1602 ; édit des mariages de 1666) ; commis-voyers, qui conduisent les ouvrages par corvée, publient les ordonnances concernant les corvées, font les rôles de répartition, commandent et conduisent les corroyeurs sur les ateliers : exempts de collecte (ordonnance du 2 décembre 1766) ; mineurs mariés dans la 21e année : exempts de tailles et charges publiques avant 24 ans révolus (lettres patentes de novembre 1666). Membres de la noblesse ; commensaux du roi ou de la famille royale ; personnes faisant les quêtes pour les chanoines réguliers de l'ordre de la Très-Sainte-Trinité pour la rédemption des captifs : exempts de collecte ; commis gardes pour le roi du bois des particuliers et gens de main-morte ; habitants de Richelieu : exempts de toutes impositions et même lorsqu'ils quittent la campagne pour venir habiter Richelieu ; sacristains : exempts de collecte ; veuves des officiers de l'élection ; commis de la fabrique des poudres et salpêtres de France : limitation à 50 sols de taille, exemption de collecte, logement et contributions des gens de guerre ; commis de la régie des postes et messageries de France ; greffiers du point d'honneur.

Liste des 16 élections composant la généralité de Tours (provinces de Touraine, Anjou et Maine), vers 1730-1731.

Le nombre indiqué entre parenthèse correspond au nombre de paroisses


La province de Touraine comporte six élections : Amboise (47), Chinon (64), Loches (76), Loudun (47), Richelieu (76) et Tours (89). Toutes font partie du département de l'Indre-et-Loire excepté Loudun qui se rattache au département de la Vienne.


La province d'Anjou comporte six élections : Angers (225), Baugé (80), Château-Gontier (69), La Flèche (102), Montreuil-Bellay (56), Saumur (85). Toutes font partie du département du Maine-et-Loire excepté Château-Gontier qui se rattache à la Mayenne et La Flèche qui est rattaché à la Sarthe.


La province du Maine comporte 4 élections : Château-du-Loir (83), Laval (65), Le Mans (44), Mayenne (67). Château-du-Loir et Le Mans se rattachent au département de la Sarthe. Tandis que Laval et Mayenne se rattachent à La Mayenne.


Listes des paroisses des élections de la province de Touraine vers 1765

Les noms de villes et paroisses sont en gras. Les noms actuels des communes, lorsqu'ils sont différents, et les départements limitrophes de l'Indre-et-Loire sont indiqués entre parenthèses. (Abréviation : dép. pour département)


Election d'Amboise

  • Amboise
  • Athée (Athée-sur-Cher)
  • Autrèche
  • Auzouer (Auzouer-en-Touraine)
  • Bléré
  • Bouré (dép. du Loir-et-Cher)
  • Cangey (élection de Blois jusqu'en 1577)
  • Chançay
  • Chargé
  • Chenonceau (Chenonceaux)
  • Chissay (Chissay-en-Touraine, dép. du Loir-et-Cher)
  • Chisseau (Chisseaux)
  • Civray (Civray-de-Touraine)
  • Dierre
  • Epeigné (Epeigné-les-Bois)
  • Faverolles (Faverolles-sur-Cher, dép. du Loir-et-Cher)
  • Fleuray (réunie à Cangey en 1822)
  • Franceuil ou Francueil (Francueil)
  • La Croix (La Croix-en-Touraine)
  • Les faubourgs d'Amboise (Amboise)
  • Limeray
  • Lussault (Lussault-sur-Loire)
  • Luzilly (Luzillé)
  • Mont-Louis ou Montlouis (Montlouis-sur-Loire)
  • Montreuil (Montreuil-en-Touraine)
  • Montrichard (dép. du Loir-et-Cher)
  • Mosnes (élection de Blois jusqu'en 1577)
  • Nazelles (Nazelles-Négron)
  • Négron (réunie à Nazelles-Négron en 1971)
  • Neuilly (Neuillé-le-Lierre)
  • Noizay
  • Pocé (Pocé-sur-Cisse)
  • Reugny
  • Rilly (Rillé-sur-Loire, dép. du Loir-et-Cher)
  • Saint-Denis-Hors-les-Faubourgs-d'Amboise (réunie à Amboise en 1946)
  • Saint-Etienne-des-Gervais (Saint-Etienne-des-Guérets, dép. du Loir-et-Cher)
  • Saint-Georges-sur-Cher (dép. du Loir-et-Cher)
  • Saint-Julien-de-Chédon (dép. du Loir-et-Cher)
  • Saint-Martin-le-Beau
  • Saint-Ouin (Saint-Ouen-les-Vignes)
  • Saint-Reigle (Saint-Règle)
  • Souvigny (Souvigny-de-Touraine)
  • Sublaines
  • Thenay (dép. du Loir-et-Cher)
  • Vallières-les-Grandes (dép. du Loir-et-Cher)
  • Veuves (dép. du Loir-et-Cher)
  • Villeporcher (dép. du Loir-et-Cher)


Election de Chinon

  • Abilly
  • Anto(i)gny-le-Tillac (Antogny-Le-Tillac)
  • Avoine
  • Balesme (réunie à Descartes en 1966)
  • Beaumont-en-Véron
  • Bourgueil ou Saint-Germain (Bourgueil)
  • Bréhémont
  • Cande (Candes-Saint-Martin)
  • Cheillé
  • Chezelles
  • Cinais
  • Coussay-les-Bois (élection de Loches auparavant) (dép. de la Vienne)
  • Couziers
  • Cravant (Cravant-les-Côteaux)
  • Draché
  • Estableau (réunie au Grand-Pressigny en 1821)
  • Huisme (Huismes)
  • Ingrande (Ingrandes-de-Touraine)
  • La Haye (Descartes)
  • La Roche (La Roche-Clermault)
  • La Selle (La Celle-Saint-Avant)
  • Le Pont-de-Ruan (Pont-de-Ruan)
  • Lerné
  • Les Essards
  • Ligré
  • Loigny, Saint-Rémy, Busseuil (Leugny, Saint-Rémy-sur-Creuse et Buxeuil, dép. de la Vienne) (étaient auparavant dans l'élection de Loches)
  • Maillé-Argenson (Maillé)
  • Marsay (Marçé-sur-Esves)
  • Marsilly (Marcilly-sur-Vienne)
  • Mongoger ou Montgauger (réunie à Saint-Epain en 1792)
  • Neuilly (-le-Noble) (Neuilly-le-Brignon)
  • Nouastre (Nouâtre)
  • Noyant (Noyant-de-Touraine)
  • Noyers (réunie à Nouâtre en 1832)
  • Nueil (Neuil)
  • Parilly (réunie à Chinon en 1792)
  • Ponçay ou Pontçay (réunie à Marigny-Marmande en 1832)
  • Pont-Amboizé (réunie à Luzé, élection de Richelieu, en 1787)
  • Ports (Ports-sur-Vienne)
  • Pouzay
  • Pressigny (Le Grand-Pressigny)
  • Pussigny
  • Rigny (Rigny-Ussé)
  • Rilly (Rilly-sur-Vienne)
  • Rivarennes
  • Saché
  • Saint-Benoist (Saint-Benoît-la-Forêt)
  • Saint-Espain (Saint-Epain)
  • Saint-Etienne de Chinon (Chinon)
  • Saint-Germain (Saint-Germain-sur-Vienne)
  • Saint-Jacques de Chinon (Chinon)
  • Saint-Louand (réunie à Chinon en 1792)
  • Saint-Maurice de Chinon (Chinon)
  • Saint-Mexme de Chinon (Chinon)
  • Saint-Mexme-les-Champs (réunie à Chinon en 1792)
  • Saint-Michel (Saint-Michel-sur-Loire)
  • Saint-Patrice
  • Sainte-Catherine (Sainte-Catherine-de-Fierbois)
  • Sainte-Maure (Ville et champs) (Sainte-Maure-de-Touraine)
  • Savigny (Savigny-en-Véron)
  • Sepmes
  • Sueilly (Seuilly)
  • Tavant
  • Thisay (Thizay)
  • Trogues
  • Velleches (dép. de la Vienne)
  • Villaines (Villaines-les-Rochers)


Election de Loches

  • Aubigny (réunie à Loché-sur-Indrois en 1823)
  • Azay (Azay-sur-Indre)
  • Barrou
  • Beaumont-Montrésor (Montrésor)
  • Beaumont-Village
  • Betz (Betz-le-Château)
  • Bossée
  • Bournan
  • Ceray (Céré-la-Ronde)
  • Chambon
  • Chambourg (Chambourg-sur-Indre)
  • Chanceaux (Chanceaux-près-Loches)
  • Charnizé ou Charnisay (Charnizay)
  • Chaumussay
  • Chédigné (Chédigny)
  • Chemillé (Chemillé-sur-Indrois)
  • Ciran
  • Civray (Civray-sur-Esves)
  • Cormery (Ville)
  • Coullangé (réunie à Villeloin-Coulangé en 1831)
  • Coursay (Courçay)
  • Cussay
  • Dolus (Dolus-le-Sec)
  • Escueillé (Ecueillé, dép. de l'Indre)
  • Esves (Esves-le-Moutier)
  • Ferrière-l'Arçon (Ferrière-Larçon)
  • Ferrière-sur-Beaulieu
  • Génillé
  • La Chapelle-Blanche (La Chapelle-Blanche-Saint-Martin)
  • La Guyerche (La Guerche)
  • La Rocheposay (La Roche-Posay, dép. de la Vienne)
  • La Selle-Guenant (La Celle-Guenand)
  • Le Liège
  • Le Louroux
  • Ligueil (Ville)
  • Loché (Loché-sur-Indrois)
  • Loches
  • Louans
  • Manthelan
  • Méré-Lésigny (Lésigny, dép. de la Vienne)
  • Mouzay
  • Nouans (Nouans-les-Fontaines)
  • Oizay-Cerçay (Bridoré en 1792)
  • Orbigny
  • Paulmy
  • Perrusson
  • Petit-Pressigny (Le Petit-Pressigny)
  • Posay-Le-Vieil (La Roche-Posay, dép. de la Vienne)
  • Preuilly (Ville) (Preuilly-sur-Claise)
  • Reignac, alias Le Fau (Reignac-sur-Indre)
  • Saint-André de Beaulieu (Beaulieu)
  • Saint-Bault (Saint-Bauld)
  • Saint-Flovier
  • Saint-Hipolite (Saint-Hippolyte)
  • Saint-Germain (réunie à Saint-Jean-Saint-Germain en 1834)
  • Saint-Jean (Saint-Jean-Saint-Germain en 1834)
  • Sainte-Julite (réunie à Saint-Flovier en 1826)
  • Saint-Laurent-de-Beaulieu (Beaulieu)
  • Saint-Laurent-de-Boussay (Boussay)
  • Saint-Martin-de-Bossay (Bossay-sur-Claise)
  • Saint-Michel-du-Bois (réunie à Preuilly-sur-Claise en 1814)
  • Saint-Pierre-de-Beaulieu (Beaulieu)
  • Saint-Quentin (Saint-Quentin-sur-Indrois)
  • Saint-Senoch
  • Sennevières
  • Tauxigny
  • Tournon (Tournon-Saint-Pierre)
  • Varennes
  • Verneuil (Verneuil-sur-Indre)
  • Ville-Dosmain (Villedomain)
  • Villeloing (Villeloin-Coulangé)
  • Vitray (réunie à Saint-Hyppolite en 1827)
  • Vou
  • Yzeures (Yzeures-sur-Creuse)


Election de Loudun

  • Anglers (Angliers, dép. de la Vienne)
  • Arsay (Arçay, dép. de la Vienne)
  • Assay
  • Aulnay (dép. de la Vienne)
  • Basses (dép. de la Vienne)
  • Beuxes (dép. de la Vienne)
  • Bournan (Bournand, dép. de la Vienne)
  • Brossay (dép. de Maine-et-Loire)
  • Chaillais (Chalais, dép. de la Vienne)
  • Chasseignes (réunie à Mouterre-Silly en 1845, dép. de la Vienne)
  • Coussay (dép. de la Vienne)
  • Cursay (Curçay-sur-Dive, dép. de la Vienne)
  • Espiez (Epieds, dép. de Maine-et-Loire)
  • Glenouxes (Glénouze, dép. de la Vienne)
  • Grazay (réunie à Assay en 1823)
  • Guesnes (dép. de la Vienne)
  • La Chaussée (dép. de la Vienne)
  • La Ma(g)delaine (dép. de la Vienne)
  • Loudun (dép. de la Vienne)
  • Marsay (Marçay)
  • Martesay (Martaizé, dép. de la Vienne)
  • Messay (Messais, dép. de la Vienne)
  • Messemé (dép. de la Vienne)
  • Morton (dép. de la Vienne)
  • Mouterresilly (Mouterre-Silly, dép. de la Vienne)
  • Notre-Dame-des-Trois-Moutiers (Les Trois-Moutiers, dép. de la Vienne)
  • Nueil-sur-Dive (Neuil-sur-Dive, dép. du Loir-et-Cher)
  • Ouzilly (dép. de la Vienne)
  • Pouançay (dép. de la Vienne)
  • Ranton (dép. de la Vienne)
  • Roiffay (Roiffé, dép. de la Vienne)
  • Rossay (dép. de la Vienne)
  • Saint-Aubin (réunie à Saint-Jean-de-Sauves en 1845, dép. de la Vienne)
  • Saint-Citroine (réunie à Vézières en 1819, dép. de la Vienne)
  • Saint-Clair (dép. de la Vienne)
  • Saint-Gatien (Saint-Cassien, dép. de la Vienne)
  • Saint-Hilaire-des-Trois-Moutiers (Les Trois-Moutiers, dép. de la Vienne)
  • Saint-Jean-des-Echelles (Saint-Jean-de-Sauves, dép. de la Vienne)
  • Saint-Laon (dép. de la Vienne)
  • Saint-Léger-de-Mont-Brillais (Saint-Léger-de-Montbrillais, dép. de la Vienne)
  • Saint-Marsolle (Sammarçolles, dép. de la Vienne)
  • Saint-Pierre-des-Trois-Moutiers (Les Trois-Moutiers, dép. de la Vienne)
  • Saix (dép. de la Vienne)
  • Solomé (réunie à Saix en 1819, dép. de la Vienne)
  • Ternay (dép. de la Vienne)
  • Veniez (Veniers, dép. de la Vienne)
  • Vezières (dép. de la Vienne)
  • Villiers (dép. de la Vienne)


Election de Richelieu

  • Amberre (dép. de la Vienne)
  • Anché
  • Avon (Avon-Les-Roches)
  • Bertegon (dép. de la Vienne)
  • Blaslay ou Blaslais (Blalais, dép. de la Vienne)
  • Bournezeaux (réunie à Amberre en 1829, dép. de la Vienne)
  • Boussageau (réunie à L'Encloître en 1822, dép. de la Vienne)
  • Braslou (élection de Mirebeau jusqu'en 1634)
  • Braye (élection de Mirebeau jusqu'en 1634) (Braye-sous-Faye)
  • Brizay (élection de Chinon jusqu'en 1634)
  • Ceaux (dép. de la Vienne)
  • Champigny-Le-Sec (dép. de la Vienne)
  • Champigny-sur-Veude (élection de Mirebeau jusqu'en 1634)
  • Chaveignes (élection de Mirebeau jusqu'en 1634)
  • Cherves (Cheves, dép. de la Vienne)
  • Chouppes (dép. de la Vienne)
  • Claunay (dép. de la Vienne)
  • Courcoué (élection de Mirebeau jusqu'en 1634)
  • Crissay (élection de Chinon jusqu'en 1634) (Crissay-sur-Manse)
  • Cron ou Craon (Craon, dép. de la Vienne)
  • Crouzilles (élection de Chinon jusqu'en 1634)
  • Cuon (dép. de la Vienne)
  • Dandesigny ou Dansigny (Dansigny, réunie à Verrue en 1849, dép. de la Vienne)
  • Dercé (dép. de la Vienne)
  • Doussay (dép. de la Vienne)
  • Faye (élection de Mirebeau jusqu'en 1634) (Faye-la-Vineuse)
  • Frontenay (dép. de la Vienne)
  • Germiny (Serigny, dép. de la Vienne)
  • Jarzay (réunie à Massognes en 1829, dép. de la Vienne)
  • Jaulnay (élection de Mirebeau jusqu'en 1634)
  • Joué (réunie à Ceaux en 1819, dép. de la Vienne)
  • La Grimaudière (dép. de la Vienne)
  • La Tour-Saint-Gelin (élection de Chinon jusqu'en 1634)
  • Le Bouchet (dép. de la Vienne)
  • Le Sablon (élection de Mirebeau jusqu'en 1634) (réunie à Chaveignes en 1823)
  • Lesmeré (élection de Chinon jusqu'en 1634) (Lémeré)
  • Liesque ou Liaigue (réunie à Champigny-le-Sec en 1819, dép. de la Vienne)
  • Lièze (élection de Chinon jusqu'en 1634) (réunie à Chézelles en 1833)
  • Lignières-Langoust (réunie à Verrue en 1849, dép. de la Vienne)
  • Luzay ou Luzé (élection de Chinon jusqu'en 1634) (Luzé)
  • Marnay (élection de Mirebeau jusqu'en 1634) (réunie à Faye-la-Vineuse en 1799)
  • Marnes (dép. des Deux-Sèvres)
  • Massogne(s) (dép. de la Vienne)
  • Maulnay (ancienne élection de Loudun, dép. de la Vienne)
  • Mazeuil (dép. de la Vienne)
  • Mirebeau (dép. de la Vienne)
  • Mougon (élection de Chinon jusqu'en 1634) (réunie à Crouzilles en 1833)
  • Nancré (élection de Mirebeau jusqu'en 1634) (réunie à Marigny-Marmande en 1832)
  • Notre-Dame-d'Aux (d'Oz) (dép. de la Vienne)
  • Nueil (Neuil-sous-Faye, dép. de la Vienne)
  • Panzoult (élection de Chinon jusqu'en 1634)
  • Parçay (élection de Chinon jusqu'en 1634) (Parçay-sur-Vienne)
  • Polligny (réunie à Chouppes en 1848, dép. de la Vienne)
  • Pouant (dép. de la Vienne)
  • Prinçay (dép. de la Vienne)
  • Razines (élection de Mirebeau jusqu'en 1634)
  • Richelieu
  • Rivière
  • Saint-Chartres (dép. de la Vienne)
  • Saint-Généroux (dép. des Deux-Sèvres)
  • Saint-Gilles-de-l'Ile-Bouchard (élection de Chinon jusqu'en 1634) (réunie L'Ile-Bouchard en 1832)
  • Saint-Jouin-sous-Faye (élection de Mirebeau jusqu'en 1634) (réunie à Faye-la-Vineuse en 1790)
  • Saint-Maurice-de-l'Ile-Bouchard (L'Ile-Bouchard)
  • Saint-Vincent-de-Monts (Monts-sur-Guesnes, dép. de la Vienne)
  • Sainte-Radegonde-de-Marconnay (Verger-sur-Dive, dép. de la Vienne)
  • Saire (dép. de la Vienne)
  • Sauves (Saint-Jean-de-Sauves, dép. de la Vienne)
  • Savigny (dép. de la Vienne)
  • Sazilly (élection de Chinon jusqu'en 1634)
  • Sérigny (dép. de la Vienne)
  • Sully, Sailly ou Seuilly (réunie à Mirebeau en 1820, dép. de la Vienne)
  • Theneuil (élection de Chinon jusqu'en 1634)
  • Thurageau (dép. de la Vienne)
  • Varennes ou Varannes (Varennes, dép. de la Vienne)
  • Verneuil (élection de Chinon jusqu'en 1634) (Verneuil-le-Château)
  • Verrue (dép. de la Vienne)
  • Vouzailles (dép. de la Vienne)


Election de Tours

  • Ambillou
  • Angé (dép. du Loir-et-Cher)
  • Artanne(s) (Artannes-sur-Indre)
  • Azay-Le-Rideau
  • Azay-sur-Cher
  • Ballan (Ballan-Miré)
  • Beaumont-La-Ronce
  • Beaumont-Lès-Tours (réunie à Tours en 1823)
  • Berthenay ou Brethenay et Saint-Genouph (Berthenay)
  • Bresche(s) (Breches)
  • Bueil (Bueil-en-Touraine)
  • Chambray (Chambray-lès-Tours)
  • Chanceaux (Chanceaux-sur-Choisille)
  • Charentillé (Charentilly)
  • Chasteauregnault (Château-Renault)
  • Chenusson (réunie à Saint-Laurent-en-Gâtines en 1822)
  • Cinq-Marcs ou Saint-Mars-La-Pille (Cinq-Mars-la-Pile)
  • Cléré (Cléré-les-Pins)
  • Crotel(le) (Crotelles)
  • Dame-Marie-du-Bois ou Damemarie (Dame-Marie-les Bois)
  • Druye(s) (Druye)
  • Esvres
  • Fondette(s) (Fondettes)
  • Joué (Joué-lès-Tours)
  • La Chapelle-aux-Naux
  • Lalleu ou Laleu (réunie à Pontlevoy en 1808, dép. du Loir-et-Cher)
  • Larçay
  • La Ville-aux-Dames
  • Le Boul(l)ay ( Le Boulay)
  • Le Pont-de-Tours (devenue Saint-Symphorien, réunie à Tours en 1964)
  • Le Serrain (réunie à Semblançay en 1821)
  • Lignières (Lignières-de-Touraine)
  • Louestault
  • Mareuil (Mareuil-sur-Cher, dép. du Loir-et-Cher)
  • Marray
  • Mazières (Mazières-de-Touraine)
  • Mettré (Mettray)
  • Miré (réunie à Ballan-Miré en 1818)
  • Monnoye (Monnaie)
  • Montbazon
  • Monts
  • Morand (élection d'Amboise jusqu'en 1755)
  • Neufville (Neuville-sur-Brenne)
  • Neuvy (Neuvy-le-Roi)
  • Notre-Dame-La-Riche (La Riche)
  • Notre-Dame-d'Oé
  • Nouzillé (Nouzilly)
  • Neuillé-Pont-Pierre
  • Parçay (Parçay-Meslay)
  • Perrenay (Pernay)
  • Pouillé (dép. du Loir-et-Cher)
  • Rochecorbon
  • Rouziers (Rouziers-de-Touraine)
  • Saint-Antoine-du-Rocher
  • Saint-Aubin (Saint-Aubin-le-Dépeint)
  • Saint-Branchs
  • Saint-Christophe (Saint-Christophe-sur-le-Nais)
  • Saint-Cir-du-Gault (Saint-Cyr-du-Gault, dép. du Loir-et-Cher)
  • Saint-Cir-sur-Loire (Saint-Cyr-sur-Loire)
  • Saint-Etienne-de-Chigné (Saint-Etienne-de-Chigny)
  • Saint-Etienne-de-Tours et le reste du Chardonnet (réunie à Tours en 1845)
  • Saint-Georges-sur-Loire (réunie à Rochecorbon en 1808)
  • Saint-Gourgon (dép. du Loir-et-Cher)
  • Saint-Jean-de-Langets (Langeais)
  • Saint-Laurent-de-Gastines (Saint-Laurent-en-Gâtines)
  • Saint-Nicolas-des-Motets
  • Saint-Ouen, alias Sainte-Radegonde (réunie à Tours en 1920)
  • Saint-Pater(ne) (Saint-Paterne-Racan)
  • Saint-Pierre-des-Corps
  • Saint-Venant et Sainte-Geneviève-de-Luynes (Luynes)
  • Savonnières
  • Semblançay ou Samblançay (Semblançay)
  • Serelles (Cérelles)
  • Sigougné ou Cigoigné (Cigogné)
  • Sonnay (Saunay)
  • Sonzay
  • Sorigny ou Sorigné (Sorigny)
  • Souvigny (Souvigné)
  • Tillouze (Thilouze)
  • Tours (Ville)
  • Vallière-Saint-Roch (Vallières réunie à Fondettes en 1805)
  • Vallers (Vallères)
  • Vançay-Saint-Avertin (Saint-Avertin)
  • Veigné
  • Verets (Véretz)
  • Vernou (Vernou-sur-Brenne)
  • Villandry
  • Villebourg
  • Villechauve (dép. du Loir-et-Cher)
  • Villedosmé (élection d'Amboise jusqu'en 1755) (Villedômer)
  • Villeperdue
  • Vouvray

Listes des communes actuelles du département d'Indre-et-Loire, paroisses, villes et élections correspondantes, vers 1765.

Les dates entre parenthèses sont celles de la date de rattachement à la commune actuelle.

  • ABILLY - Abilly - Chinon
  • AMBILLOU - Ambillou - Tours
  • AMBOISE - Amboise (Ville) / Les Faubourgs d'Amboise / Saint-Denis Hors-les-Faubourgs d'Amboise (1946) - Amboise
  • ANCHE - Anche - Richelieu
  • ANTOIGNY-LE-TILLAC - Antogny-le-tillac - Chinon
  • ARTANNES-SUR-INDRE - Artann(s) - Tours
  • ASSAY - Assay / Grazay (1823) - Loudun
  • ATHEE-SUR-CHER - Athée - Amboise
  • AUTRECHE - Autreche - Amboise
  • AUZOUER-EN-TOURAINE - Auzouer - Amboise
  • AVOINE - Avoine (en-veron) - Chinon
  • AVON-LES-ROCHES - Avon - Richelieu
  • AVRILLE-LES-PONCEAUX - Avrille / saint-symphorien (les-ponceaux) (1817) - Baugé
  • AZAY-LE-RIDEAU - Azay-le-rideau - Tours
  • AZAY-SUR-CHER - Azay-sur-cher - Tours
  • AZAY-SUR-INDRE - Azay - Loches
  • BALLAN-MIRE - Bal(l)an / Mire (1818) - Tours
  • BARROU - Barrou - Loches
  • BEAUMONT-LA-RONCE - Beaumont-la-ronce - Tours
  • BEAULIEU-LES-LOCHES - Saint-Andre-de-Beaulieu / Saint-Laurent-de-Beaulieu / Saint-Pierre-de-Beaulieu - Loches
  • BEAUMONT-EN-VERON - Beaumont-en-veron - Chinon
  • BEAUMONT-VILLAGE - Beaumont-village - Loches
  • BENAIS - Benest, Benaist ou Benay - Saumur
  • BERTHENAY - Berthenay ou Brethenay - Tours
  • BETZ-LE-CHATEAU - Betz - Loches
  • BLERE - Bléré - Amboise
  • BOSSAY-SUR-CLAISE - (Saint-Martin-De) Bossay - Loches
  • BOSSEE - Bossée - Loches
  • BOURGUEIL - Bourgueil OU Saint-Germain - Chinon
  • BOURNAN - Bournan - Loches
  • BOUSSAY - (Saint-Laurent-de) Boussay / Saint-Laurent-des-Bois - Loches
  • BRASLOU - Braslou - Mirebeau puis 1634 : Richelieu
  • BRAYE-SOUS-FAYE - Braye - Mirebeau puis 1634 : Richelieu
  • BRAYE-SUR-MAULNE - Braye ou Brais - Baugé
  • BRECHES - Breche(s) - Tours
  • BREHEMONT - (La Madelaine-de) Bréhémont - Chinon
  • BRIDORE - Bridore ou Oizay-Cercay / Cercay (1792) / Oizay (1792) - Loches
  • BRIZAY - Brizay(les-Sablons) - Chinon puis 1634 : Richelieu
  • BUEIL-EN-TOURAINE - Bueil - Tours
  • CANDES-SAINT-MARTIN - Cande(s) - Chinon
  • CANGEY - Cangey, Cangy ou Cange / Fleuray (1822) - Blois puis 1577 : Amboise
  • CERE-LA-RONDE - Cere ou Ceray - Loches
  • CERELLES - Serelles - Tours
  • CHAMBON - chambon (SUR-CREUSE) - Loches
  • CHAMBOURG-SUR-INDRE - Chambourg - Loches
  • CHAMBRAY-LES-TOURS - Chambray - Tours
  • CHAMPIGNY-SUR-VEUDE - Champigny (sur-Veude) - Mirebeau puis 1634 : Richelieu
  • CHANCAY - Chancay ou Chansay - Amboise
  • CHANCEAUX-PRES-LOCHES - Chanceaux - Loches
  • CHANCEAUX-SUR-CHOISILLE - Chanceaux ou Chanseaux - Tours
  • CHANNAY-SUR-LATHAN - Channay ou Channe - Baugé
  • CHARENTILLY - Charentille - Tours
  • CHARGE - Charge - Amboise
  • charnizay - Charnize / Saint-Michel-du-Bois ou Des-Landes (1792) - Loches
  • CHATEAU-LA-VALLIERE - Chasteau-la-Valliere / Chouze-le-Sec (1817) - Baugé
  • CHATEAU-RENAULT - Chasteauregnault - Tours
  • CHAUMUSSAY - Chaumussay - Loches
  • CHAVEIGNES - Chaveignes / Le Sablon (1823) - Mirebeau puis 1634 : Richelieu
  • CHEDIGNY - Chedigne - Loches
  • CHEILLE - Cheille - Chinon
  • CHEMILLE-SUR-DEME - Chemille (sur-la-Deme) - La Flèche
  • CHEMILLE-SUR-INDROIS - Chemille - Loches
  • CHENONCEAUX - Chenonceau - Amboise
  • CHEZELLES - Chezelle(s) - Chinon ; LIEZE(S) (1833) - Chinon puis 1634 : Richelieu
  • CHINON - Parilly (1792) / Saint-Etienne de Chinon / Saint-Jacques de Chinon / Saint-Louand (1792) / Saint-Maurice de Chinon / Saint-Mexme de Chinon / Saint-Mexme-les-Champs (1792) - Chinon
  • CHISSEAUX - Chisseau(x) - Amboise
  • CHOUZE-SUR-LOIRE - Chouze - Saumur
  • CIGOGNE - Cigoigne ou Sigougne - Tours
  • CINAIS - Cinais, Cynais ou Sinais - Chinon
  • CINQ-MARS-LA-PILE - Cinq-Marcs ou Saint-Mars-la-Pille - Tours
  • CIRAN - Ciran - Loches
  • CIVRAY-DE-TOURAINE - Civray (sur-Cher) - Amboise
  • CIVRAY-SUR-ESVES - Civray (sous-la-Haye) - Loches
  • CLERE-LES-PINS - Clere (les-Bois) - Tours
  • CONTINVOIR - Continvoir - Saumur
  • CORMERY - Cormery (Ville) - Loches
  • COUESMES - Couesme ou Coisme - Baugé
  • COURCAY - Coursay - Loches
  • COURCELLES-DE-TOURAINE - Courcelles - Baugé
  • COURCOUE - Courcoue - Mirebeau puis 1634 : Richelieu
  • COUZIERS - Couziers - Chinon
  • CRAVANT-LES-COTEAUX - Cravant - Chinon
  • CRISSAY-SUR-MANSE - Crissay ou Crisse - Chinon puis 1634 : Richelieu
  • CROTELLES - Crotel(les) - Tours
  • CROUZILLES - Crouzilles / Mougon (1833) - Chinon puis 1634 : Richelieu
  • CUSSAY - Cussay - Loches
  • DAME-MARIE-LES-BOIS - Dame-Marie-du-Bois ou Damemarie - Tours
  • DESCARTES - La Haye (en-touraine) / Balesme (1966) - Chinon
  • DIERRE - Dierre - Amboise
  • DOLUS-LE-SEC - Dolus - Loches
  • DRACHE - Drache / Plaix (1792) - Chinon
  • DRUYE - Druye(s) - Tours
  • EPEIGNE-LES-BOIS - Epeigne - Amboise
  • EPEIGNE-SUR-DEME - Epeigne / Les Pins (1822) / Rothres (1822) - Vendôme puis 1730-1731 : Château-du-Loir
  • ESVES-LE-MOUTIER - Esves - Loches
  • ESVRES - Esvres (sur-Indre) - Tours
  • FAYE-LA-VINEUSE - Faye (la-Vineuse) / Saint-Jouin-sous-Faye (1790) / Marnay (sous-Faye) (1799) - Mirebeau puis 1634 : Richelieu
  • FERRIERE-LARCON - Ferriere-l'Arcon - Loches
  • FERRIERE-SUR-BEAULIEU - Ferriere-sur-Beaulieu - Loches
  • FONDETTES - Fondettes / Vallieres (Saint-Roch) (1805) - Tours
  • FRANCUEIL - Francueil ou Franceuil - Amboise
  • GENILLE - Genille - Loches
  • GIZEUX - Gizeux / Saint-Philbert-de-la-Pelouze (1817) - Saumur
  • HOMMES - Hommes - Baugé
  • HUISMES - Huisme - Chinon
  • INGRANDES-DE-TOURAINE - Ingrande(s) - Chinon
  • JAULNAY - Jaulnay - Mirebeau puis 1634 : Richelieu
  • JOUE-LES-TOURS - Joué - Tours
  • L'ILE-BOUCHARD - Saint-Maurice-de-l'Ile-Bouchard - Richelieu ; Saint-Gilles-de-l'Ile-Bouchard (1832) - Chinon puis 1634 : Richelieu
  • LA CELLE-GUENAND - La Selle (guenant) - Loches
  • LA CELLE-SAINT-AVANT - La Selle (Saint-Avant) - Chinon
  • LA CHAPELLE-AUX-NAUX - La Chapelle-aux-Naux - Tours
  • LA CHAPELLE-BLANCHE- Saint-Martin - La Chapelle-Blanche - Loches
  • LA CHAPELLE-SUR-LOIRE - La Chapelle-Blanche-en-Vallee ou sur-Benais - Saumur
  • LA CROIX-EN-TOURAINE - La Croix (de-blere) - Amboise
  • LA FERRIERE - La Ferriere - Vendôme puis 1730-1731 : Château-du-Loir
  • LA GUERCHE - La Guyerche - Loches
  • LA MEMBROLLE-SUR-CHOISILLE - Créée en 1873 à partir de Mettray - Tours
  • LA RICHE - Notre-Dame-la-Riche - Tours
  • LA ROCHE-CLERMAULT - La Roche - Chinon
  • LA TOUR-SAINT-GELIN - La Tour-Saint-Gelin - Chinon puis 1634 : Richelieu
  • LA VILLE-AUX-DAMES - La Ville-aux-Dames - Tours
  • LANGEAIS - Saint-Jean-de-Langets ou De-Langeais / Saint-Laurent-de-Langeais (1790) - Tours
  • LARCAY - Larcay - Tours
  • LE BOULAY - Le Boul(l)ay - Tours
  • LE GRAND-PRESSIGNY - Pressigny / Estableau (1821) - Chinon
  • LE LIEGE - Le Liege - Loches
  • LE LOUROUX - Le Louroux - Loches
  • LE PETIT-PRESSIGNY - Petit-Pressigny - Loches
  • LEMERE - Lesmere,Lhemere ou l'Hemere - Chinon puis 1634 : Richelieu
  • LERNE - Lerne - Chinon
  • LES ESSARDS - Les Essards - Chinon
  • LES HERMITES - Les Hermites - Vendôme puis 1730-1731 : Château-du-Loir
  • LIGNIERES-DE-TOURAINE - Lignieres - Tours
  • LIGRE - Ligre - Chinon
  • LIGUEIL - Ligueil (Ville) - Loches
  • LIMERAY - Limeray - Amboise
  • LOCHE-SUR-INDROIS - Loche / Aubigny (1823) - Loches
  • LOCHES - Loches - Loches
  • LOUANS - Louans - Loches
  • LOUESTAULT - Louestault ou Louesnault - Tours
  • LUBLE - Luble - Baugé
  • LUSSAULT-SUR-LOIRE - Lussault - Amboise
  • LUYNES - Notre-Dame-du-Saint-Sepulcre-de-Luynes / saint-Venant-de-Luynes / Sainte-Genevieve-de-Luynes - Tours
  • LUZE - Luzay ou Luze - Chinon puis 1634 : Richelieu
  • PONT-AMBOIZE (1787) - Chinon
  • LUZILLE - Luzilly - Amboise
  • MAILLE - Maille ou Maille-Argenson / Argenson (1792) - Chinon
  • MANTHELAN - Manthelan - Loches
  • MARCAY - Marsay ou Marce - Loudun
  • MARCE-SUR-ESVES - Marsay ou Marcay - Chinon
  • MARCILLY-SUR-MAULNE - Marcille - Baugé
  • MARCILLY-SUR-VIENNE - Marsilly - Chinon
  • MARIGNY-MARMANDE - Marigny-Marmande - Châtellerault (généralité de Poitiers)
  • NANCRE (1832) - Mirebeau puis 1634 : Richelieu
  • PONTCAY ou PONCAY (1832) - Chinon
  • MARRAY - Marray - Tours
  • MAZIERES-DE-TOURAINE - Mazieres - Tours
  • METTRAY - Mettre - Tours
  • MONNAIE - Monnoye - Tours
  • MONTBAZON - Montbazon - Tours
  • MONTHODON - Monthodon / le Sentier (1822) - Vendôme
  • MONTLOUIS-SUR-LOIRE - Mont(-)louis - Amboise
  • MONTRESOR - Beaumont-Montresor - Loches
  • MONTREUIL-EN-TOURAINE - Montreuil - Amboise
  • MONTS - Mon(t)s (sur-Indre) - Tours
  • MORAND - Moran(d) - Amboise puis 1755 : Tours
  • MOSNES - Mosnes - Blois puis 1577 : Amboise
  • MOUZAY - Mouzay ou Mouze - Loches
  • NAZELLES-NEGRON - Nazelles / Negron (1971) - Amboise
  • NEUIL - Nueil (sous-Crissay) - Chinon
  • NEUILLE-LE-LIERRE - Neuilly (le-lierre) - Amboise
  • NEUILLE-PONT-PIERRE - Neuille-pont-pierre ou neuilly - Tours
  • NEUILLY-LE-BRIGNON - Neuille ou neuilly-le-noble - Chinon
  • NEUVILLE-SUR-BRENNE - Neufville - Tours
  • NEUVY-LE-ROI - Neuvy ou Neuvy-le-Roi - Tours
  • NOIZAY - Noizay - Amboise
  • NOTRE-DAME-D'OE - Notre-Dame-d'Oe - Tours
  • NOUANS-LES-FONTAINES - Nouans - Loches
  • NOUATRE - Nouastre / Noyers (1832) - Chinon
  • NOUZILLY - Nouzille - Tours
  • NOYANT-DE-TOURAINE - Noyant - Chinon
  • ORBIGNY - Orbigny - Loches
  • PANZOULT - Panzoult - Chinon puis 1634 : Richelieu
  • PARCAY-MESLAY - Parcay - Tours
  • PARCAY-SUR-VIENNE - Parcay - Chinon puis 1634 : Richelieu
  • PAULMY - Paulmy - Loches
  • LE CHATELIER (1757) - Chinon
  • PERNAY - Perrenay - Tours
  • PERRUSSON - Perrusson - Loches
  • POCE-SUR-CISSE - Poce - Amboise
  • PONT-DE-RUAN - Le Pont-de-Ruan - Chinon
  • PORTS-SUR-VIENNE - ports (en-touraine ou sur-vienne) - Chinon
  • POUZAY - Pouzay - Chinon
  • PREUILLY-SUR-CLAISE - Preuilly (ville) / Saint-Michel-du-Bois (1814) - Loches
  • PUSSIGNY - Pussigny - Chinon
  • RAZINES - Razines - Mirebeau puis 1634 : Richelieu
  • REIGNAC-SUR-INDRE - Reignac alias Le Fau - Loches
  • RESTIGNE - Restigne ou Restigny - Saumur
  • REUGNY - Reugny - Amboise
  • RICHELIEU - Richelieu - Richelieu
  • RIGNY-USSE - Rigny ou Rigne - Chinon
  • RILLE - Rilly - Baugé
  • RILLY-SUR-VIENNE - Rilly - Chinon
  • RIVARENNES - Rivarennes - Chinon
  • RIVIERE - Riviere - Richelieu
  • ROCHECORBON - Rochecorbon ou Vosnes / Saint-Georges-sur-Loire (1808) - Tours
  • ROUZIERS-DE-TOURAINE - Rouziers - Tours
  • SACHE - Sache - Chinon
  • SAINT-ANTOINE DU ROCHER - Saint-Antoine-du-Rocher - Tours
  • SAINT-AUBIN-LE-DEPEINT - Saint-Aubin - Tours
  • SAINT-AVERTIN - Vancay-Saint-Avertin - Tours
  • SAINT-BAULD - Saint-Bault - Loches
  • SAINT-BENOIT-LA-FORET - Saint-Benoist - Chinon
  • SAINT-BRANCHS - Saint-Branchs - Tours
  • SAINT-CHRISTOPHE-SUR-LE-NAIS - Saint-Christophe - Tours
  • SAINT-CYR-SUR-LOIRE - Saint-Cir-sur-Loire - Tours
  • SAINT-EPAIN - Saint-Espain / Montgoger, Montgauger ou Mongoger (1792) - Chinon
  • SAINT-ETIENNE-DE-CHIGNY - Saint-Etienne-de-Chigne - Tours
  • SAINT-FLOVIER - Saint-Flovier / Sainte-Julite (1826) - Loches
  • SAINT-GENOUPH - Saint-Genouph (lié à Berthenay) - Tours
  • SAINT-GERMAIN-SUR-VIENNE - Saint-Germain (des-Landes) - Chinon
  • SAINT-HIPPOLYTE -(la Chapelle) Saint-Hipolite / Vitray (1827) - Loches
  • SAINT-JEAN SAINT-GERMAIN - Saint-Jean (sur-Indre) (1834) / Saint-Germain (sur-Indre) (1834) - Loches
  • SAINT-LAURENT-DE-LIN - Saint-Laurent-de-Lain ou Laing - Baugé
  • SAINT-LAURENT-EN-GATINES - Saint-Laurent-de-Gastines / Chenusson (1822) - Tours
  • SAINT-MARTIN-LE-BEAU - Saint-Martin-le-Beau - Amboise
  • SAINT-MICHEL-SUR-LOIRE - Saint-Michel (sur-Loire) - Chinon
  • SAINT-NICOLAS-DE-BOURGUEIL - Saint-Nicolas-de-Bourgueil / La Taille (1787) - Saumur
  • SAINT-NICOLAS-DES-MOTETS - Saint-Nicolas-des-Motets ou Le-Moteux - Tours
  • SAINT-OUEN-LES-VIGNES - Saint-Ouin ou Saint-Ouen - Amboise
  • SAINT-PATERNE-RACAN - Saint-Pater(ne) - Tours
  • SAINT-PATRICE - Saint-Patrice - Chinon
  • SAINT-PIERRE-DES-CORPS - Saint-Pierre-des-Corps - Tours
  • SAINT-QUENTIN-SUR-INDROIS - Saint-Quentin - Loches
  • SAINT-REGLE - Saint-Reigle - Amboise
  • SAINT-ROCH - Saint-Roch - Tours
  • SAINT-SENOCH - Saint-Senoch - Loches
  • SAINTE-CATHERINE-DE-FIERBOIS - Sainte-Catherine - Chinon
  • SAINTE-MAURE-DE-TOURAINE - Sainte-Maure (Ville et champs) - Chinon
  • SAUNAY - Sonnay - Tours
  • SAVIGNE-SUR-LATHAN - Savigne - Baugé
  • SAVIGNY-EN-VERON - Savigny ou Savigne - Chinon
  • SAVONNIERES - Savonnieres - Tours
  • AZILLY - Sazilly ou Sazille - Chinon puis 1634 : Richelieu
  • SEMBLANCAY - Semblancay ou Samblancay / Le Serrain (1821) - Tours
  • SENNEVIERES - Sennevieres - Loches
  • SEPMES - Sepmes - Chinon
  • SEUILLY - Sueilly - Chinon
  • SONZAY - Sonzay - Tours
  • SORIGNY - Sorigny ou Sorigne - Tours
  • SOUVIGNE - Souvigny - Tours
  • SOUVIGNY-DE-TOURAINE - Souvigny ou Souvigne - Amboise
  • SUBLAINES - Sublaines - Amboise
  • TAUXIGNY - Tauxigny - Loches
  • TAVANT - Tavant - Chinon
  • THENEUIL - Theneuil - Chinon puis 1634 : Richelieu
  • THILOUZE - Tillouze - Tours
  • THIZAY - T(h)isay - Chinon
  • TOURNON-SAINT-PIERRE - Tournon ou Saint-Pierre-de-Tournon - Loches
  • TOURS - Tours (Ville) / Beaumont-les-Tours (1823) / Saint-Etienne et le reste du Chardonnet (1845) / Saint-Symphorien ou Le Pont-de-Tours (1964) / Sainte-Radegonde alias Saint-Ouen (1920) - Tours
  • TROGUES - Trogues - Chinon
  • TRUYES - Truye - Loches
  • VALLERES - Vallers - Tours
  • VARENNES - Varennes - Loches
  • VEIGNE - Veigne - Tours
  • VERETZ - Verets - Tours
  • VERNEUIL-LE-CHATEAU - Verneuil - Chinon puis 1634 : Richelieu
  • VERNEUIL-SUR-INDRE - Verneuil - Loches
  • VERNOU-SUR-BRENNE - Vernou - Tours
  • VILLAINES-LES-ROCHERS - Villaines - Chinon
  • VILLANDRY - Colombiers puis Villandry - Tours
  • VILLEBOURG - Villebourg - Tours
  • VILLEDOMAIN - Ville-Dosmain - Loches
  • VILLEDOMER - Villedosme(r) - Amboise puis 1755 : Tours
  • VILLELOIN-COULANGE - - Villeloin(g)
    - Coullange (1831) - Loches
  • VILLEPERDUE - Villeperdue - Tours
  • VILLIERS-AUBOUIN - Villiers-au-Boin - Baugé
  • VOU - Vou - Loches
  • VOUVRAY - Vouvray - Tours
  • YZEURES-SUR-CREUSE - Yzeures - Loches

Présentation du contenu

Voir aussi les cotes C 828-829

Mots clés matières

Mots clés matières

Personnel, réception : procès-verbaux, sentences d'enregistrement.

Cote/Cotes extrêmes

C 1278 (Cote)

Date

1711-1777