3P2 - Plans du cadastre napoléonien (1803-1837)

1 media

Déplier tous les niveaux

Cote/Cotes extrêmes

3P2 (Cote)

Date

1803-1837

Mots clés matières

Cote/Cotes extrêmes

3P2/302 (Cote)

Présentation du contenu

Carte de la ville (1836), T.A., A1 à A2, B1, C1, C2 et D [en une seule feuille], E1, F et G [en une seule feuille], F1 à F3, G1 à G2, H1 à H3, I1 à I2. Le plan cadastral de Tours comporte 2 T.A. : le premier (s.d., [1858]) concerne les anciennes Saint-Etienne-Extra et Beaumont-lès-Tours devenues sections F, G, H et I de Tours, le deuxième (s.d., [1854]) concerne les sections G, H et I de Tours. Les sections F et G correspondent à l'ancienne commune de Saint-Etienne-Extra, la section I à l'ancienne commune de Beaumont-lès-Tours. Ces deux communes ont fusionné en 1823 et ont été réunies à celle de Tours en 1845. Les Sainte-Radegonde et de Saint-Symphorien ont été réunies à Tours en 1964. La loi du 5 mai 1855 a fixé les limites entre Tours, Saint-Avertin, Saint-Pierre-des-Corps et Joué-lès-Tours au canal du Berry (emplacement de l'actuelle autoroute A10), entraînant d'importantes modifications de territoire entre les communes. Les premières matrices de la ville de Tours, établies en 1811, correspondant à un plan cadastral de 1811 qui a probalement été détruit (il n'est conservé ni aux Archives départementales, ni aux Archives municipales de Tours). Les datations indiquées ont été établies en comparaison avec les plans conservés aux Archives municipales, à savoir : T.A. [1858 et 1864], A1 [1864 ou 1836 et 1836], A2 [1836], B1 [1864 et 1836], C1 [1864 et 1836], C2 et D [1864 et 1836], E1 [1864 et 1836], F et G [1858 ?], F1 [1858], F2 [1858], F3 [1858], G1 [1858], G2 [1858], H1 [1858], H2 [1858], H3 [1858], H [1858], I1 [1858], I2 [1858 et 1811]. Seules les Sainte-Radegonde, Saint-Symphorien et Beaumont-lè-Tours datent de 1811.

Section A1 de Saint-Symphorien

Cote/Cotes extrêmes

6NUM10/261/003 (Cote)

Date

1836-1864

Particularité physique

Échelle : 1/1 250e

Mots clés typologiques